Facebook
Le Galvacher
Accueil Galvacher
Le Galvacher

A la fin du siècle dernier, les Galvachers, charretiers et autres bouviers du Morvan laissaient à l'épouse, aux enfants et aux vieillards le soin de gérer la petite exploitation familiale et n'hésitaient pas à partir six mois à pied, avec leurs paires de boeufs rouges du Morvan, pour gagner quelque argent.
..Aventure incroyable qui les menaient du 1er Mai au 11 Novembre jusque dans les Ardennes Belges! Dans ces migrations nécessaires, un de leurs compagnons fidèles était leur couteau.

Le Galvacher

...Peu encombrant et léger, il est également d'une robustesse à toute épreuve grâce à ses deus embouts métaliques (mitres). La lame en acier forgé à chaud, courte, tranchante et trappue, pour faciliter l'ouverture, était adjointe d'un poinçon ou alène servant à percer les harnais, pointer ou tracer sur le bois et d'un tire-bouchon 4 mailles avec filets, indispensable pour la pause "casse-croûte".

Un homme sans couteau n'était qu'un bon à rien" et comme le relate Henri Vincenot, un écrivain Bourguignon qui connaissait bien le terroir, dans son ouvrage "La Billebaude": "Chien sans museau , femme sans fuseau , homme sans couteau font triste monde et peûx moegneaux".

...L'intérêt porté à ce couteau fut grand et les paysans de l'époque se rendant à la grande foire aux boeufs du 1er Septembre à Autun ne manquaient pas d'acheter le couteau du Morvan à mon grand-père en lui apportant leurs tondeuses à aiguiser. Ils en étaient fiers et j'entends encore ma grand-mère vanter les mérites de ce couteau à tout faire en leur disant "qu'il ne perçait pas les poches" et que certains de ses clients "usaient jusqu'à trois lames sur le même couteau plutôt que de le remplacer"! Au début du siècle dernier, mon grand-père changeait les lames dans la journée.

...Ce couteau qui sent bon la tradition et que je vois encore maintenant dans toutes les poches de mes amis agriculteurs, aura traversé le temps sans une ride. Sa légèreté (environ 83 grs.), son faible encombrement (environ 90 mm fermé) , saura se faire oublier dans la poche du randonneur et du chasseur. ...Et quel moment agréable pour un gars de la ville, de retrouver ses racines, et comme au siècle dernier en gars de la Galvache, au moment du repas dans un bon restaurant, pouvoir sortir son "Galvacher" et faire claquer la lame à la fin des festivités.